Anthony Picard : "Certains mérites d'une pandémie"

Diffusé par la contamination d'animaux -chauve-souris / pangolin- à l'homme, le premier cas rapporté de COVID-19 est celui d’un résident de la province de Hubei âgé de 55 ans. Ce cas chinois de Wuhan, répertorié le 17 novembre 2019 déjà, est à la source de la prolifération du virus à l’échelle planétaire. Quelque cinq mois plus tard, ce virus, qui transite par les jeunes et les bien-portants pour tuer les plus fragiles et les plus âgés, aura paralysé l’entier de la Terre.

Pour nous autres, résidents d’un pays industrialisé qui compte parmi les plus riches de la planète, cette calamité montre que la misère, les maladies, les bouleversements économiques et les périls qui découlent d’une paralysie mondiale, n’arrivent pas qu’aux autres. Alors que le nuage toxique de Tchernobyl de 1986 s’était, paraît-il, arrêté aux frontières, le nouveau Coronavirus (de l’espagnol « couronne ») est un modèle de diffusion planétaire dont la mondialisation et les transports associés de personnes en sont le principal vecteur.

Le nouveau Coronavirus fait partie de la même famille de virus que six autres coronavirus connus de l’homme depuis des décennies. Quatre coronavirus humains ont la particularité de toujours provoquer des rhumes et des refroidissements assez légers, surtout durant le semestre d’hiver. Le SRAS et le MERS sont des maladies respiratoires aiguës au taux de mortalité élevé, de 10 % et 35 % alors que la mortalité du COVID-19 est inférieure à 3 %. Les coronavirus sont des virus ARN enveloppés par un film de graisse qui peuvent être combattus (rendus inoffensifs) avec du savon et de l’eau ou avec un produit désinfectant.

Les mesures prises par la Confédération, jugées trop timides et attentistes dans un premier temps, ont jeté le doute sur nos autorités jusqu’aux décisions fédérales des 13 et 16 mars 2020. Calquées sur les pays touchés avant nous, ces mesures contraignantes ont pour objectif de confiner partiellement la population afin de limiter au mieux la progression du virus en épargnant un maximum de vies. Les mesures barrières et le confinement n’ont qu’un but : retarder la progression du virus pour ne pas engorger nos systèmes sanitaires. En l’absence de vaccin, cette stratégie est la seule réponse valable à cette attaque virale. Autrement dit, puisque le virus peut s’avérer mortel chez les personnes fragiles ou disposant d’un arsenal moins robuste de contre-mesures organiques, le confinement strict des populations à risque est une manière de gagner du temps pendant que la majorité du peuple s’auto-immunise. Par effet de domino, cette maîtrise dirigée de l’afflux de nouveaux cas a laissé du temps à notre système de santé pour adapter ses dispositifs au traitement de patients contaminés par le COVID-19 tout en relevant ses autres défis médicaux.

En qualité de centres somatiques de soins aigus, nos hôpitaux de Moutier et St-Imier ont eu la responsabilité d’être au coeur du dispositif sanitaire régional. Une task force, constituée pour l’occasion, s’est montrée à la hauteur pour adapter les structures et pallier l’arrivée de cas infectieux. Parfois oubliées de la population, nos équipes de professionnels motivés ont montré par leur travail quotidien et les actions entreprises que nous assumions nos rôles de première barrière contre le virus et de dernier rempart contre la mort. Longue vie à l’Hôpital du Jura bernois, longue vie au système de santé suisse et longue vie à vous et à vos proches chers lecteurs !

Anthony Picard
Président des Conseils d’administration
de l’Hôpital du Jura bernois SA et de l’Hôpital de Moutier SA

Actualités

Ouverture du centre de dépistage Covid-19 à Tavannes

16.11.2020

Lire la suite...

Après le rose, l’Hôpital du Jura bernois se pare de moustaches en signe de soutien à la santé masculine

10.11.2020

Lire la suite...

Situation actuelle de l’Hôpital du Jura bernois face au Covid-19

06.11.2020

Lire la suite...

Nos établissements

Hôpital du Jura bernois SA

Fontenayes 17
2610 St-Imier
Tél. 032 942 24 22

Site de Bellelay

Hôpital du Jura bernois SA
Pôle santé mentale
Services stationnaires

L’Abbaye 2
2713 Bellelay
Tél. 032 484 72 72

Site du Fuet

Hôpital du Jura bernois SA
Pôle santé mentale
Unité thérapeutique des dépendances

« Les Vacheries »
2712 Le Fuet
Tél. 032 484 72 72

Hôpital de Moutier SA

Filiale de l’HJB
Beausite 49
2740 Moutier
Tél. 032 494 39 43

Site de Bévilard

Hôpital du Jura bernois SA
Pôle santé mentale
Clinique de jour

Champ de Chin 18
2735 Bévilard
Tél. 032 484 72 72

Site de Moutier

Hôpital du Jura bernois SA
Pôle santé mentale

Unité hospitalière
pour adolescent UHPA
Beausite 47

Consultation ambulatoire
Rue du Viaduc 26

2740 Moutier
Tél. 032 484 72 72

Site de Bienne

Hôpital du Jura bernois SA
Pôle santé mentale

Service ambulatoire et clinique de jour de soins aigus / Ambulatorium
Pont-du-Moulin 14
2502 Biel-Bienne

Clinique de jour / Tagesklinik
Ch. des Fléoles 2
2503 Biel-Bienne

Tél. 032 484 72 72

Site de Saint-Imier

Hôpital du Jura bernois SA
Pôle santé mentale
Service stationnaire

Rue du Midi 9
2610 St-Imier
Tél. 032 484 72 72

Consultation ambulatoire
Rue des Jonchères 59
Tél. 032 484 72 72

Médicentres

Médicentre Moutier

Rue Centrale 3
CP 659
2740 Moutier
Tél. 032 494 10 10
medicentre-moutier.ch

Médicentre Tavannes

Grand-Rue 32
CP 249
2710 Tavannes
Tél. 032 483 10 10
medicentre-tavannes.ch

Antenne de Reconvilier

Route de Chaindon 9
2732 Reconvilier
Tél. 032 322 10 10